Prenez-vous les pieds dans le tapis, pas les doigts dans la toupie !

Un petit truc pour éviter de se prendre les doigts dans la toupie

15/ 10/2013 in bouffe-tout, copier des pièces bois, défonceuse, défonceuse sous table, roulement, toupie, travail à l'arbre

(Punaise ! Avec des titres aussi brefs, va falloir changer la maquette du blog...)

Alors voilà.

On a parfois besoin de copier des pièces bois.

Le plus souvent parce qu'on doit produire plusieurs exemplaires d'une seule et même pièce. Cette seule et même pièce s'appelle alors un original et on en fait des copies.

L'autre nom de l'original c'est : gabarit. C'est d'ailleurs mieux de l'appeler gabarit : ça vous pose un homme devant les néophytes et on sent tout de suite que vous savez de quoi vous parlez :-)

Donc vous avez un original gabarit entre les mains et vous devez en faire des copies.

Pour cela vous allez :

  • tracer le contour du gabarit sur la pièce qui deviendra la copie,
  • dégrossir ce contour (c'est à dire : découper autour à la scie sauteuse, ou à la scie à ruban, ou à la scie à chantourner) en laissant quelques millimètres de rab au-delà du tracé,
  • placer le gabarit sur la pièce, solidariser les deux et finir la pièce à la toupie.

Pour finir la pièce à la toupie, vous allez :

  • monter un bouffe-tout et un roulement sur l'arbre de la toupie,
  • mettre la toupie en route,
  • prendre le duo pièce-gabarit dans les mains,
  • faire passer le gabarit en appui contre le roulement, le bouffe-tout s'occupant d'enlever la matière surnuméraire de la pièce à calibrer.

Travailler ainsi porte un nom : c'est travailler à l'arbre.

Le bouffe-tout c'est un outil coupant qui sert à calibrer. En voici une photo :

Un bouffe-tout et son roulement
Crédit photo : Bordet

Comme ce n'est pas évident sur la photo : le bouffe-tout et le roulement sont de même diamètre.

Un jour, promis, je ferais des vrais pas-à-pas avec des vraies photos dedans :-)

Bien évidemment, il faut parfaitement solidariser les deux pièces, sinon il y en a une qui finira éjectée à travers l'atelier. Pour solidariser les pièces lorsqu'on travaille à l'arbre, on utilise des sauterelles. Comme celle-ci :

Crédit photo : Bordet

Ou celle-ci :

Crédit photo : Bordet

Ce type de fixation suppose un gabarit sur-dimensionné, histoire de fixer dessus les sauterelles, qui fixeront la pièce à leur tour. Bref, selon le type de pièce à calibrer, il vous faudra ruser bien réfléchir à votre montage, pour avoir la trajectoire la plus sûre contre l'arbre.

Et il faut aussi réfléchir à la préhension de vos pièces.

Travailler à l'arbre est risqué et ne s'improvise pas.

Si vous n'avez jamais fait, ne faites pas. Prenez d'abord des leçons auprès de personnes sensées et expérimentées.

Ou trouvez un autre moyen.

Un autre moyen

Pour certains types de pièces, si on ne dispose que d'une défonceuse (et d'une fraise à copier, c'est une fraise droite avec un roulement) et qu'on veut quand même travailler à l'arbre, on peut faire comme dans la vidéo ci-dessous :

Le truc sympa :

  • on voit parfaitement ce qu'on fait

Les trucs moins sympas :

  • il y a un tout piti problème d'aspiration...
  • la pièce calibrée aura des trous de vis (ou alors y aller au ruban adhésif double-face et par petites passes ? )
  • Punaise ! Encore un accessoire à se fabriquer... :-)
  • Les mains... Aïe ! Les mains...

Vous aurez remarqué que le roulement de la fraise à copier se trouve en haut, donc :

  • le gabarit se trouve au-dessus de la pièce à calibrer,
  • la pièce à calibrer se trouve entre la table et la gabarit,
  • la partie coupante de la fraise n'est levée que sur l'épaisseur de la pièce à calibrer.

Pour l'accessoire à se fabriquer, du verre acrylique d'épaisseur suffisante (ne pas sacrifier la chaise design en acrylique, ya pas une surface plane dessus !) et deux petits trous pour y passer les vis de fixation.

Les plus déterminés d'entre vous se dessineront le plan et confieront la découpe à Damengo (je ne les ai pas encore testés, mais ça ne devrait pas tarder).

Un dernier conseil : trouvez un autre moyen de préhension que celui sur la vidéo, les mains m'y semblent un peu trop exposées...

Commentaires

Pas mal mais....

C'est ballot d'avoir les moyens de se payer une CMS et de ne pas avoir l'adaptateur pour pièces courbées....

http://www.festool.fr/produits/accessoires/pages/detail.aspx?pid=494643&...

A moins de 60 EUR, ça fait pas cher pour deux ou trois doigts....

Je sens comme une ironie dans

Je sens comme une ironie dans le propos... :-)

C'est ce type de protection que l'on utilise sur les toupies (les grosses, les "vraies" :-) ).

(Et, bien entendu, leur taille est dimensionnée à la grosse et vraie toupie. Là, Festool a « downsizé » ce qui se fait ailleurs)

La protection présentée dans la vidéo est un autre moyen et permet le calibrage d'une pièce, même petite, en s'épargnant un (fastidieux ?) travail de montage sur gabarit avec sauterelles, etc.

Je ne connaissais pas ce produit de chez Festool. Ni son prix. 59.08 € prix conseillé et non imposé... La cote du doigt de menuisier est tombée si bas ?

Il n'est pas super ce truc

Il n'est pas super ce truc Elle est faite comment la pièce martyr ? comme la pièce finale en définitive .....

Hum !

Relire l'article... :-)

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Type the characters you see in this picture. (verify using audio)
Type the characters you see in the picture above; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.