Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous (Paul Eluard)

mi-bois

25/ 5/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 4 (fin)

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, profilés alu, rainures en série

L'équipe Kokumotsu remercie chaleureusement tout le matériel ayant participé à l'élaboration des billets « Des rainures à tire-larigot », parmi lesquels :

Une table MFT/3

C'est l'établi pensé par Festool. J'en parle ici.

 

Une équerre à combinaison

Un de mes instruments préférés.

 

Une équerre japonaise

Crédit photo : Gaignard-Millon

Elle permet de tracer sur deux chants d'une pièce, sans déplacer l'équerre.

 

Un mètre-ruban

On ne présente plus le mètre-ruban !

 

Des serre-joints Klemmsia

Ils sont en bois et acier, ils sont légers, leurs coussinets en liège évitent les marques, ils sont faits pour des serrages délicats.

On en trouve :

20/ 4/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 3

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série
Suite du billet Des rainures à tire-larigot, partie 2

Voici maintenant, plus ou moins étape par étape, la réalisation de ces encoches.

Le tracé

Le matériel

D'abord, l'outillage et instruments mis en œuvre pour le tracé :

Nous avons donc :

30/ 3/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 2

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série
Suite du billet Des rainures à tire-larigot, partie 1

Le plan

La première chose à faire quand on aborde un travail en menuiserie, c'est de faire un plan. On fait toujours un plan, même si le travail paraît simple à réaliser.

Chaque ossature fait 1 550 mm de long sur 400 mm de large.

Il y a trois barres de 1 550 mm de long :

Les premiers éléments de l'ossature Oui, je sais, ça ressemble plus à un schéma qu'à un plan :-)

reliées par six traverses :

Les traverses

Les six traverses sont régulièrement espacées. Il y a plusieurs façons de calculer cet espacement. En voici deux (il y en a d'autres).

23/ 3/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 1

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série

Pour fabriquer une ossature genre « torsion-box », je devais réaliser des encoches de 66 mm de large et 13,5 mm de profondeur, afin de réaliser des assemblages à mi-bois.

Ces encoches, je devais en réaliser... 180.

Autant dire une quantité quasi-industrielle.

Faire un assemblage à mi-bois est plutôt simple :

  1. soit deux pièces A et B que l'on va assembler à mi-bois,
  2. Représentation de deux pièces à assembler à mi-bois

  3. on enlève de la matière sur la pièce A : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce B,
  4. On a réalisé une encoche sur la première pièce

  5. on fait la même chose sur la pièce B : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce A,
  6. On a réalisé une encoche sur la deuxième pièce

  7. on emboite les pièces A et B par ces encoches.
  8. Les deux pièces assemblées.

    Bien évidemment, on aura pris soin de badigeonner les encoches de colle, ainsi ça ne se déboitera pas.

    o O o

    Quand on n'a qu'un ou deux assemblages à mi-bois à faire, on utilisera avec bonheur : crayon ou tranchet, équerre ou fausse-équerre pour tracer et délimiter les zones à évider, puis scie, maillet et ciseau à bois pour évider.

    Quand on a 180 encoches à faire... On est content d'être nord-américain et pouvoir utiliser des lames à dadoes qui permettent de faire de larges rainures sur son banc de scie en en minimum de passages...

    Une lame à dado. Crédit photo : Amanatool.

    Une autre lame à dado. Crédit photo : MLCS.

    Mais quand on a la chance d'être européen et qu'il y a 180 encoches à faire... Il faut trouver d'autres moyens.

    Voici le matérial à ma disposition :