Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous (Paul Eluard)

Le blog de daïku

23/ 3/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 1

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série

Pour fabriquer une ossature genre « torsion-box », je devais réaliser des encoches de 66 mm de large et 13,5 mm de profondeur, afin de réaliser des assemblages à mi-bois.

Ces encoches, je devais en réaliser... 180.

Autant dire une quantité quasi-industrielle.

Faire un assemblage à mi-bois est plutôt simple :

  1. soit deux pièces A et B que l'on va assembler à mi-bois,
  2. Représentation de deux pièces à assembler à mi-bois

  3. on enlève de la matière sur la pièce A : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce B,
  4. On a réalisé une encoche sur la première pièce

  5. on fait la même chose sur la pièce B : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce A,
  6. On a réalisé une encoche sur la deuxième pièce

  7. on emboite les pièces A et B par ces encoches.
  8. Les deux pièces assemblées.

    Bien évidemment, on aura pris soin de badigeonner les encoches de colle, ainsi ça ne se déboitera pas.

    o O o

    Quand on n'a qu'un ou deux assemblages à mi-bois à faire, on utilisera avec bonheur : crayon ou tranchet, équerre ou fausse-équerre pour tracer et délimiter les zones à évider, puis scie, maillet et ciseau à bois pour évider.

    Quand on a 180 encoches à faire... On est content d'être nord-américain et pouvoir utiliser des lames à dadoes qui permettent de faire de larges rainures sur son banc de scie en en minimum de passages...

    Une lame à dado. Crédit photo : Amanatool.

    Une autre lame à dado. Crédit photo : MLCS.

    Mais quand on a la chance d'être européen et qu'il y a 180 encoches à faire... Il faut trouver d'autres moyens.

    Voici le matérial à ma disposition :

18/ 2/2014

Des cales d'épaisseur pour la défonceuse (entre autres)

in cales, défonceuse, mèche bois, mèche métal, perceuse, petit matos

Pour régler la profondeur de passe de sa défonceuse, on procède comme suit :

  1. la fraise étant montée, on pose la défonceuse sur une surface plane,
  2. on descend la défonceuse, jusqu'à ce que la fraise vienne en contact avec cette surface, et on la verrouille dans cette position, pour l'empêcher de remonter. Cette opération s'appelle la mise à zéro,
  3. on dispose une des butées fixes du barillet des butées sous la butée mobile de réglage de profondeur (oui, ça fait deux butées, attention à ne pas les confondre !),
  4. et on fait descendre la butée de profondeur jusqu'à la butée du barillet,
  5. on met la butée « à zéro » sur la règle de butée,
  6. puis on remonte la butée de profondeur, de sorte à laisser un espace entre les deux butées : cet espace correspondra à la profondeur de passe de la défonceuse.

La même chose en images :

15/ 10/2013

Un petit truc pour éviter de se prendre les doigts dans la toupie

in bouffe-tout, copier des pièces bois, défonceuse, défonceuse sous table, roulement, toupie, travail à l'arbre

(Punaise ! Avec des titres aussi brefs, va falloir changer la maquette du blog...)

Alors voilà.

On a parfois besoin de copier des pièces bois.

Le plus souvent parce qu'on doit produire plusieurs exemplaires d'une seule et même pièce. Cette seule et même pièce s'appelle alors un original et on en fait des copies.

L'autre nom de l'original c'est : gabarit. C'est d'ailleurs mieux de l'appeler gabarit : ça vous pose un homme devant les néophytes et on sent tout de suite que vous savez de quoi vous parlez :-)

Donc vous avez un original gabarit entre les mains et vous devez en faire des copies.

Pour cela vous allez :

04/ 10/2013

La voie du milieu

in centreur, DIY, ingéniosité, shopmade center gauge, shopmade marking gauge, trusquin

(ce billet n'est ni pour les bouddhistes, ni pour les mafieux) Que fait-on lorsqu'on doit répéter encore et encore le même type de tracé sur une pièce ? Ou le même type de tracé sur des pièces différentes ?

On se fabrique un gabarit, ou un outil dédié.

Alex Je n'ai pas trouvé son nom complet K. a choisi la deuxième solution.

Alex K. vous le connaissez si vous passez par ici de temps en temps : c'est l'auteur de la table de défonceuse ultime, de l'étagère de transport de matériel fabriquée en six minutes chrono, de la mortaiseuse portable faite maison qui ressemble étrangement à une Domino Festool :-). Bref, il a beau être menuisier, il trouve encore le temps d'avoir des idées, et il trouve aussi le temps de les appliquer ! :-)

L'une des dernières en date : le trusquin centreur.

En mode centreur l'outil lui sert à tracer le milieu d'une pièce sans avoir besoin de prendre de cote. En mode trusquin il lui sert de trusquin, tout simplement.

Comme une image vaut mille mots, voici une vidéo qui présente son invention. L'utilisation est on ne peut plus simple et fluide :

Cliquez sur ce lien si la vidéo n'apparaît pas : youtu.be/aHSsuUQF0PE

 

Et si vous êtes curieux et voulez connaître la genèse de l'objet, voici une deuxième vidéo qui explique les différentes étapes (jusqu'à la cinquième minute c'est pour les russophones, après c'est pour tout le monde) :

18/ 9/2013

Étape par étape : une commode, à la main, au Japon

in savoir-faire

Avec peu d'outils, on fait beaucoup :-)

La fabrication d'une commode (Japon) (trois vidéos) :

15/ 9/2013

Organisation d'atelier rapide et efficace

in atelier, organisation atelier, organiser, rangement atelier, ranger

C'est sur le site d'American WoodWorker que je suis tombé sur cette idée d'aménagement pour atelier plutôt astucieuse et rapide à mettre en œuvre :

  • quelques bandes de contreplaqué de deux épaisseurs différentes qui, assemblées, constitueront un support mural,
  • et des boites de rangement pour les outils, réalisées avec ce même contreplaqué, qui se posent, se déplacent, s'enlèvent librement et facilement de ce même support ...

Une solution toute indiquée pour les ateliers dans lesquels le manque de place se fait cruellement sentir...

Mais des images valent mieux qu'un long discours :-), les voici :

25/ 5/2013

Bench cookies et quarts-de-rond

in bench cookies, défonceuse, Lounge WoodWorking, petit matos

Un exemple du côté pratique et rapide de mise en oeuvre des benchs cookies dont je parlais ici.

J'avais à carderonner en hère trois des petites traverses de 146 mm de long, 50 mm de large et 18 mm d'épaisseur.

Des petites pièces, quoi. Mais rien ne m'effraie.

(carderonner en hère trois : ce ne sont pas des néologismes, c'est du jargon de menuisier d'initié. Il signifie : faire des quart-de-ronds de 3 mm de rayon . Pfiiiiou ! Si vous saviez comment on parle dans les ateliers...)

Comme je n'ai pas encore fait les plans de, ni construit, la table de défonceuse sous table ultime j'ai carderonné à la volée, à la défonceuse (bon courage à Google Translate pour traduire carderonner à mes lecteurs du vaste monde...).

Travailler à la volée à la défonceuse, ça veut dire que l'outil est mobile. Il faut donc que la pièce usinée soit fixe. C'est une règle de sécurité ET de bon sens qui ne souffre aucune exception : quand l'outil est mobile, quel qu'il soit, la pièce doit être fixe. Il fallait donc immobiliser les pièces. Et pas avec les mains s'il vous plaît !

Au lieu d'utiliser les traditionnels éléments de serrage MFT/SP de Festool si bien adaptées à mon établi MFT/3 et à ces pièces de 18 mm d'épaisseur, j'ai utilisé les benchs cookies. Il faut parfois repousser les limites de l'impossible.

Pour ce type d'usinage, l'avantage des bench cookies sur les serre-joints, c'est la réduction des manipulations et l'absence d'obstacle sur le trajet de l'outil. Vous me direz « Pour quatre pièces... Quand même... On peut se permettre les serre-joints, non ? ». Vous avez raison. Mais voilà ! Je suis une grosse feignasse... Alors je prends tout ce qui peut m'épargner des efforts...

Voici une photo de la pièce, alanguie sur ses bench cookies, avant l'usinage :

01/ 4/2013

Les butées d'établi Kokumotsu enfin disponibles !

in avril..., butées d'établi, butées d'établi faites maison, DIY, un amour de butées d'établi

Grand émoi dans les ateliers de menuiserie, une folle rumeur bruissait depuis quelques semaines :

Kokumotsu travaillerait à l'élaboration de butées d'établi révolutionnaires !

Rappelons brièvement ce qu'est une butée d'établi : c'est un dispositif qui se loge dans l'établi, mais qui dépasse un peu quand même à sa surface, et qui sert à immobiliser contre elle la pièce sur laquelle on va travailler.

Souvent, la butée d'établi agit de concert avec une presse complémentaire, il s'agit d'un dispositif auxiliaire qui appuie la pièce contre la butée. La pièce est ainsi prise en sandwich (comme un mari apeuré devant son ministre des finances), ne peut s'échapper (comme un mari tremblant devant son ministre des finances), et peut donc être travaillée sans relâche (comme un... Ho ! Hé ! Ça suffit, hein ! Les maris ont leur fierté quand même !).

Tous les grands noms se sont essayés à la butée d'établi :

  • Festool avec ses éléments de serrage MFT-SP,

  • Veritas avec ses butées qui ne tiennent pas dans les établis Festool,

  • NoName avec des butées qui pourraient tenir dans des établis Festool,

  • IW.co.uk avec ses butées en alu massif à âme en métal précieux (enfin, je pense, pas loin de 600 francs français le jeu de quatre butées, quand même)...

J'en passe et des meilleurs.

Aujourd'hui c'est Kokumotsu qui ajoute son nom au glorieux panthéon des concepteurs-fabricants-distributeurs de butées d'établi...

Et pas n'importe lesquelles !

31/ 3/2013

Un établi fait maison, bien plus polyvalent qu'une MFT/3

in construire son établi, DIY, établi

Timothy Wilmots est agriculteur de profession et également menuisier.

Après avoir conçu la MFTB, une boite à outils compatible systainer et mini-mini établi (dont je parlerai ultérieurement), il a réalisé un établi multi-fonctions qui résout très élégamment les problématiques des menuisiers tant professionnels qu'amateurs quant à la polyvalence de l'outil, l'encombrement réduit, la manipulation et le transport aisé et les possibilités d'extensions.

Bref, les raisons qui ont fait que j'ai naguère acheté un établi Festool et qui font que je suis aujourd'hui nettement plus enthousiaste vis à vis de son établi à lui, car je trouve qu'il répond bien mieux à ces attentes...

Son établi est réalisable par tout un chacun, pourvu que vous soyez équipé de l'électro-portatif de base présent dans tout atelier de menuisier : scie circulaire, défonceuse, perceuse et scie sauteuse.

Il en a fait une vidéo de présentation et un article d'explications :

23/ 3/2013

Plus rapides que les serre-joints rapides

in Dis ? Tu me la montres ta caisse à outils ?, Lounge WoodWorking, petit matos

Sur des sites de boiseux anglophones ou sur des sites marchands, je ne m'en souviens plus exactement, j'avais eu l'occasion de voir des « bench cookies », des sortes de patins plats dotés d'un surface anti-dérapante sur chacune de leurs faces.

Le truc, c'est que dès que j'entends « cookies », je prends deux à trois kilos, alors j'étais un chouia circonspect devant les bench cookies.

A quoi servent les bench cookies ?

A vous débarrasser des serre-joints sur la pièce et l'établi lorsque vous faites des usinages.

C'est à dire que, lorsque vous passez l'électro-portatif sur la pièce (scie, défonceuse, ponceuse), vous ne rencontrez aucun serre-joint ou autre dispositif de fixation sur son passage.

C'est à dire que vous faites votre usinage ou votre finition sans avoir à vous soucier de fixer votre pièce par les moyens traditionnellement utilisés jusqu'à aujourd'hui et sans que ces moyens traditionnels vous importunent.

Et vous n'envoyez pas pour autant votre pièce valser dans les airs...

Comment ça marche ?