Inconditionnel du very very slow-woodblogging depuis 1819 2009...

14/ 4/2016

L'établi (presque comme Festool)... en puzzle !

in construire son établi, DIY, établi

Alors voilà, devant remplacer la plaque trouée (réf. 495543) de mon établi MFT/3 Festool je me suis dit que je pourrais me servir de la plaque nouvellement acquise comme gabarit, afin de me faire quelques plaques de plus... à moindre coût.

Pourquoi avoir plusieurs plaques trouées ?

Certaines d'entre elles pourront servir de plaque de rechange, lorsque la nouvelle succombera à son tour après des années de bons et loyaux services...

Avoir plusieurs plaques trouées comme autant « plans de travail supplémentaires »... ça élargit drôlement son premier établi MFT...

Pour les collages, je trouve les perçages de la table MFT/3 drôlement pratiques : avec des butées d'établi maison (les butées Kokumotsu, par exemple) ils offrent de multiples points d'appui pour les pièces, et sont d'équerre...

Bref, j'ai la nouvelle plaque, je sais comment m'y prendre pour la copier, je vais donc la copier, mais... mais il y peut-être quelqu'un, quelque part sur Internet, qui a eu une meilleure idée que la mienne pour le même résultat... Cherchons un peu...

J'ai cherché... Et...

Et je suis tombé sur une bien bien meilleure idée que la mienne... Mais elle n'avait rien à voir avec ma recherche de départ...

01/ 4/2016

Ludique, pratique : Kokumotsu présente la girafe Pythagoras !

in avril, équerre, girafes, zoologie

C'est l'une des préoccupations majeurs du menuisier ou de l'ébéniste, y compris chez les professionnels : nos assemblages, qui doivent être d'équerre, sont-ils réellement d'équerre ?

Pour résoudre cette épineuse question nos Zanciens, qui n'étaient pas dépourvus de jugeote, ont apporté leurs solutions. Parmi celles qui ont résisté à l'épreuve du temps, on trouve l'ingénieuse équerre et la non moins ingénieuse mais stupéfiante méthode dite « des diagonales ».

Ces solutions ont prospéré et il n'est pas rare aujourd'hui de trouver dans nos caisses à outils des équerres simples, des équerres à chapeau, des équerres japonaises, des équerres de renvoi, des équerres multi-angle et même des équerres... à combinaison (histoire de ne pas se les faire voler) !

Mais les temps ont changé, les mœurs ne sont plus celles de l'époque de nos Zanciens... Et si la panoplie ci-dessus trouve encore grâce dans les caisses à outils des menuisiers modernes (ceux qui sont entièrement mécanisés), il y manque toutefois l'outil qui fleure bon l'air du temps, l'outil qui tête avec brio les trois mamelles de l'époque : sécurité, qualité, rentabilité, efficacité.

Fidèle à son rendez-vous triennal, et après la mise au point éprouvante de ses ébouriffantes butées d'établi, le service R&D de Kokumotsu a développé l'équerre ultime, celle qui, loin de toute fioriture inutile, n'a que deux usages. Et deux usages seulement : vérifier l'équerrage d'un assemblage ou faire beau sur l'établi.

01/ 9/2015

Une « Défonceuse 3D » faite maison...

in défonçage, défonceuse, DIY, ingéniosité, perçage, se fabriquer ses machines d'atelier

Il est luthier et menuisier, dispose d'une CN (machine à Commande Numérique) pour la découpe du bois, mais en avait assez, pour certaines découpes, de passer plus de temps à préparer les tâches pour sa CN qu'elle n'en mettait à les réaliser...

Alors il s'est construit une Défonceuse 3D qui lui permet :

  • soit de percer (avec une simple perceuse à fil des chaumières, pourvu qu'elle ait un collet de 43 mm de diamètre)
  • soit de fraiser (avec une broche).

Et le truc sympa c'est que le fraisage est possible dans les trois axes : en avant/arrière, de gauche à droite et en profondeur (c'est à dire axes X,Y,Z pour les initiés :-)).

Avec cette Défonceuse 3D et quelques accessoires également faits maison, il est non seulement possible de percer et défoncer, mais aussi de poncer, détourer, copier et même copier des objets non plans (palpage)...

Pour actionner et contrôler sa machine, il utilise deux instruments de haute technologie, affinés depuis des millenaires et ayant largement fait leurs preuves : les mains !

(oui, des mains. Regardez bien chez vous aussi, vous devriez en trouver au moins une paire)

L'autre truc sympa (j'adore les trucs sympas :-)) c'est que sa machine de défonçage 3D, pour imposante qu'elle soit, est construite en bois (bon, OK, en contreplaqué), avec juste ce qu'il faut de quincaillerie ordinaire et de minutie pour que vous puissiez vous aussi fabriquer la votre.

Si ce qui précède ne vous parle pas trop, regardez sa vidéo de présentation :

22/ 9/2014

Et hop ! Un établi (pliant) fait maison...

in construire son établi, DIY, établi

Vous connaissiez déjà la table de défonceuse ultime ?, la mortaiseuse portable faite maison, Alex K récidive avec un établi pliant, de très bonnes dimensions déplié (L 1 650 x l 850 x H 900 mm) et de plutôt courtes dimensions replié (L 850 x l 700).

Un établi certes moins transportable que l'établi de Timothy Wilmots mais qui a une autre vocation puisqu'il est possible de lui adjoindre défonceuse sous table et scie sur table pour en faire une combinée de chantier (c'est à dire 2 opérations : je scie et je toupille, c'est ça le chantier en Russie :-) ), une combinée de chantier qui ressemble à ça :

Le dessin de la vue de dessus

in B.A.-BA, caisson, dessin technique, dessiner un plan de meuble, fabriquer un caisson, LibreOffice Draw, OpenOffice Draw

Il reste à dessiner la vue de dessus du caisson, afin de disposer de (presque) toutes les informations nous permettant de poursuivre sa fabrication.

Dans cette vue de dessus, nous dessinons tout ce que nous verrions si nous regardions le caisson par le haut.

Accessoirement, et bien que cela ne soit pas très orthodoxe, nous allons aussi représenter les éléments qui ne se voient pas, comme les pieds du caisson, les éléments d'assemblages (ici, des Dominos) et les usinages (ici, les perçages au pas de 32).

Pour différencier les éléments qui se voient de ceux qui ne se voient pas, on dessinera les premiers en traits continus, et les seconds en pointillés.

Dessiner cette vue de dessus sera plus rapide car :

  • nous avons déjà disposé la plupart des éléments du caisson dans la vue de face et dans le vue gauche ,
  • et, à partir de ces éléments déjà placés, nous allons nous servir de lignes de projections pour déterminer leur position dans la vue de dessus.

Voici à quoi ressemblait notre plan à la fin du précédent billet :

25/ 5/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 4 (fin)

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, profilés alu, rainures en série

L'équipe Kokumotsu remercie chaleureusement tout le matériel ayant participé à l'élaboration des billets « Des rainures à tire-larigot », parmi lesquels :

Une table MFT/3

C'est l'établi pensé par Festool. J'en parle ici.

 

Une équerre à combinaison

Un de mes instruments préférés.

 

Une équerre japonaise

Crédit photo : Gaignard-Millon

Elle permet de tracer sur deux chants d'une pièce, sans déplacer l'équerre.

 

Un mètre-ruban

On ne présente plus le mètre-ruban !

 

Des serre-joints Klemmsia

Ils sont en bois et acier, ils sont légers, leurs coussinets en liège évitent les marques, ils sont faits pour des serrages délicats.

On en trouve :

20/ 4/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 3

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série
Suite du billet Des rainures à tire-larigot, partie 2

Voici maintenant, plus ou moins étape par étape, la réalisation de ces encoches.

Le tracé

Le matériel

D'abord, l'outillage et instruments mis en œuvre pour le tracé :

Nous avons donc :

01/ 4/2014

Bonne nouvelle : Kokumotsu va enfin devenir payant !

Ce n'est pas sans une certaine émotion, mâtinée de fierté, que je prends la plume en ce beau mardi d'avril pour annoncer une nouvelle que vous attendiez tous avec impatience et qui, j'en suis persuadé, vous comblera d'aise :

30/ 3/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 2

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série
Suite du billet Des rainures à tire-larigot, partie 1

Le plan

La première chose à faire quand on aborde un travail en menuiserie, c'est de faire un plan. On fait toujours un plan, même si le travail paraît simple à réaliser.

Chaque ossature fait 1 550 mm de long sur 400 mm de large.

Il y a trois barres de 1 550 mm de long :

Les premiers éléments de l'ossature Oui, je sais, ça ressemble plus à un schéma qu'à un plan :-)

reliées par six traverses :

Les traverses

Les six traverses sont régulièrement espacées. Il y a plusieurs façons de calculer cet espacement. En voici deux (il y en a d'autres).

23/ 3/2014

Des rainures à tire-larigot, partie 1

in assemblage, défonceuse, mi-bois, profilés, rainures en série

Pour fabriquer une ossature genre « torsion-box », je devais réaliser des encoches de 66 mm de large et 13,5 mm de profondeur, afin de réaliser des assemblages à mi-bois.

Ces encoches, je devais en réaliser... 180.

Autant dire une quantité quasi-industrielle.

Faire un assemblage à mi-bois est plutôt simple :

  1. soit deux pièces A et B que l'on va assembler à mi-bois,
  2. Représentation de deux pièces à assembler à mi-bois

  3. on enlève de la matière sur la pièce A : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce B,
  4. On a réalisé une encoche sur la première pièce

  5. on fait la même chose sur la pièce B : en épaisseur on enlève une quantité équivalente à la moitié de l'épaisseur de la pièce. En largeur, on enlève une largeur équivalente à la largeur de la pièce A,
  6. On a réalisé une encoche sur la deuxième pièce

  7. on emboite les pièces A et B par ces encoches.
  8. Les deux pièces assemblées.

    Bien évidemment, on aura pris soin de badigeonner les encoches de colle, ainsi ça ne se déboitera pas.

    o O o

    Quand on n'a qu'un ou deux assemblages à mi-bois à faire, on utilisera avec bonheur : crayon ou tranchet, équerre ou fausse-équerre pour tracer et délimiter les zones à évider, puis scie, maillet et ciseau à bois pour évider.

    Quand on a 180 encoches à faire... On est content d'être nord-américain et pouvoir utiliser des lames à dadoes qui permettent de faire de larges rainures sur son banc de scie en en minimum de passages...

    Une lame à dado. Crédit photo : Amanatool.

    Une autre lame à dado. Crédit photo : MLCS.

    Mais quand on a la chance d'être européen et qu'il y a 180 encoches à faire... Il faut trouver d'autres moyens.

    Voici le matérial à ma disposition :